Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Tradivostok

Anadyr, la ville Lego.

Introduction

Salutations!

Pour ce nouvel article, je vous emmène au bout du monde, à l'extrémité orientale du continent eurasiatique, dans la région de la Tchoukotka, et plus précisément sa capitale, Anadyr. Pour ce faire, je vous ai traduit le récit de Konstantin Kopachinsky qui s'y est rendu en 2013.

Le District autonome de Tchoukotka est situé au nord-est du pays. Son territoire, bien que d'une superficie de 721 481 km², soit quasiment une fois et demie la France métropolitaine, est habité par seulement 50 000 personnes, ce qui en fait l'une des terres les moins peuplées au monde.

Anadyr, la ville Lego.

C'est une traduction un peu particulière, car je me suis accordé la liberté de supprimer, de déplacer certains passages et d'en rajouter quelques uns, issus d'autres témoignages glanés ici et là. Cela m'a permis, je l'espère, de rendre le tout encore plus intéressant.

Je suis parti sur ce thème car je souhaiterais, dans l'absolu, rédiger quelques articles sur les villes russes, ayant conscience qu'en France, à part Moscou et Saint-Pétersbourg, les gens n'en connaissent que peu. Il y a pourtant de la matière, la Russie comptant, par exemple, plus de villes dépassant le million d'habitants que les États-Unis.

Je commence donc par la cité d'Anadyr, qui est loin d'atteindre le million d'âmes, et qui est, à mon avis, méconnue des russes eux-mêmes. Je l'ai choisie car son originalité m'a de suite frappé lorsque je suis tombé par hasard sur un article la concernant.

Je vous souhaite donc une excellente lecture, en espérant qu'elle vous donnera des envies d'ailleurs, et pourquoi pas d'une expédition aux confins de la Russie.

_______________________________________________________

 

Pour ceux qui seraient intéressés par la version originale, elle est ici.

PS:    - Les éléments marqués entre [ ] sont mes notes personnelles, ne se trouvant pas dans la version russe du texte.
        - Les images/vidéos utilisées dans mes traductions ne sont pas forcément celles présentes dans les textes originaux.
 
_________________________________________________________________
Paysage de Tchoukotka.

Paysage de Tchoukotka.

Depuis longtemps nous souhaitions nous rendre en Tchoukotka, mais avions toujours repoussé notre voyage. C'est la terre natale de ma femme, et pour ma part, j'ai toujours voulu voir tout cela de mes propres yeux. Cette année, alors que nous étions toujours en hiver, nous avons décidé qu'il fallait le faire, et avons acheté nos billets pour août. C'est justement l'apogée du court été tchouktche: un temps relativement bon, des températures acceptables, une toundra verdoyante, la cueillette des champignons et autres plaisirs estivaux.

Il ne sera pas superflu de préciser, que la Tchoukotka est ce que l'on appelle une zone frontalière [bande de terre tracée le long de la frontière russe où la libre circulation des personnes et l'exercice d'activités économiques sont limités]. Pour y aller, même les citoyens russes doivent être munis d'un laissez-passer délivré par le FSB [successeur du KGB], sur lequel figurent tous les points de visite prévus. Les gardes-frontières le vérifient directement à la descente de l'avion.

Paysage de Tchoukotka.

Paysage de Tchoukotka.

En Tchoukotka, quelle que soit votre destination, votre périple débutera toujours à Anadyr, la capitale. Ensuite, pour ce qui est de la façon de vous rendre depuis Anadyr vers un quelconque village, c'est déjà une autre histoire. En l'occurrence, durant ce voyage j'ai le record du nombre de moyens de locomotion utilisés: avion, hélicoptère, cargo, vedette, barques, 4x4. Dommage qu'en raison du mauvais temps je n'ai pu profiter de l'aviation légère.

Notre destination finale était le village d'Egvekinot. Pour nous y rendre nous avons, somme toute, mis trois jours. Et là-bas, c'est considéré comme rapide. A cause des intempéries, on peut aisément se retrouver bloqué deux semaines à Anadyr. Et l'hiver, il arrive que des gens ne puissent rentrer chez eux pendant un mois entier. Le mauvais temps est la principale raison pour laquelle un voyage en Tchoukotka peut se prolonger pour une durée indéterminée ou simplement ne pas commencer du tout.

En général, voyager dans les régions reculées de notre patrie est un plaisir. Le tourisme s'y développe un peu partout. Mais je saisis à présent mieux le sens de l'expression «sur le continent», et l’interprète comme la désignation des régions développées, de la Russie occidentale.

Le village d'Egvekinot.

Le village d'Egvekinot.

Étant donné que l'aéroport se situe sur l'autre rive de l'estuaire d'Anadyr, il est possible de rejoindre la ville en barge. Voilà à quoi ça ressemble. Vous prenez place dans un petit bus, qui est embarqué avec trois autres sur une barge. La traversée dure approximativement vingt minutes. Cette «attraction» coûte 1 500 roubles [23 euros] par personne. Toujours à bord, certains commençaient déjà à fêter leur arrivée.

Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.

En elle-même, la ville n'accueille pas ses visiteurs de manière triomphale: Une sorte d'amas de navires à sec, échoués sur le rivage, deux barges à moitié inondées et couvertes d'herbe.

Quoique, ici tout cela ne paraît pas si repoussant. M'étonnant moi-même, j'ai trouvé une excuse à tout ce qui, sous nos latitudes, nous aurait déplu ou fortement agacés. C'est vrai, c'est tellement loin! C'est tout de même le bout du monde! La farouche Tchoukotka! Mais honnêtement, les bateaux rouillés font vraiment tâche devant les bâtiments colorés, il faudrait les ôter de là.

Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.

En 1889 le chercheur Léonid Frantsevich, spécialiste de la zone polaire, fonda, sur décret du tsar, le poste de Novo Mariinsk, qui deviendra plus tard Anadyr. Dans la langue tchouktche, Anadyr est appelé Kagyrgyn. Selon Wikipédia, il s'agit de la traduction du mot «embouchure». Vraisemblablement en référence à l'étroit goulet par lequel on pénètre dans l'estuaire. Personnellement, je l'ai trouvé dans un dictionnaire bilingue tchouktche-russe comme étant la traduction de «canon de fusil».

Anadyr fut construit principalement durant l'époque soviétique, et il n'y a pratiquement aucun bâtiment récent. Pour ce qui est des habitations, rien d'étonnant, puisqu'il n'y a pas d'afflux de population. Je peux me tromper, mais il me semble que la construction le plus moderne de la ville est celle abritant le musée et la maison de la culture. On dit que par sa forme il évoque celle d'un ours. Enfin, tout du moins si on laisse libre cours à son imagination …

Au bout de cette rue, le fameux musée - maison de la culture.

Au bout de cette rue, le fameux musée - maison de la culture.

Avec l'arrivée d'Abramovitch [Oligarque et multimilliardaire russe, gouverneur du district autonome de Tchoukotka de 2000 à 2013 et actuel propriétaire du club de football de Chelsea], la région s'est enrichi. On a mis de l'ordre dans les villes et villages. Les tristes bâtiments gris ont été repeints de toutes les couleurs. De loin, les villes et villages tchouktches ressemblent à des constructions en Lego. Anadyr n'est pas bien grand, la ville compte en tout 15 000 personnes environ.

Anadyr, la ville Lego.
Vue d'Anadyr depuis la colline de Verblyujka.

Vue d'Anadyr depuis la colline de Verblyujka.

Les coloris ne se répètent pratiquement nulle part. C'est un peu psychédélique, mais si l'on regarde une photo de la ville d'avant la «transformation», le cafard s'installe quasi instantanément.

Je n'ai trouvé qu'une seule photo d'Anadyr avant sa métamorphose, elle date de 2005.

Je n'ai trouvé qu'une seule photo d'Anadyr avant sa métamorphose, elle date de 2005.

Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.

Sur le pignon des bâtiments ont été étendues des toiles avec des photographies représentant la Tchoukotka et ses richesses. C'est étrange, mais nulle part il n'y avait de référence à l'or [La région disposant d'importantes ressources minières].

Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.

Voilà ce à quoi ressemble une véritable nuit polaire. A ce moment là, nous étions au plus sombre de la nuit, entre une et deux heures du matin. Contrairement à ce que l'on dit, il n'y a rien de romantique dans les nuits blanches [nom donné aux nuits polaires, lorsqu'il ne fait jamais vraiment noir.]. Tu veux dormir, mais c'est impossible: les volets laissent de toute façon passer la lumière. Seule solution: Mettre sa tête sous la couverture.

Anadyr, la ville Lego.

Les rues sont plutôt propres. Le bitume ne résistant pas au gel, les routes sont recouvertes de béton. L'année dernière justement, à un endroit précis de la ville, a été expérimenté un asphalte spécial. Reste à voir comment il se comportera dans le temps.

La ville s'étend sur un terrain accidenté, balayé par les vents. Ici, on dit que si tu te promènes dans les rues d'Anadyr et que le vent te souffle au visage, il te faut aller dans la direction opposée. Puisse t-il te souffler au visage de l'autre côté. Il y a dans cette plaisanterie une part de vérité. Malgré un temps clair, durant mon séjour il ventait de tous les côtés. Et il faisait froid.

Anadyr, la ville Lego.

Tous les bâtiments sont sur pilotis, en raison du pergélisol [Sol gelé en permanence, toute l'année.]. A certains endroits, l'espace sous le bâtiment a été clôturé avec des grilles, à d'autres on en a empêché l'accès à l'aide de panneaux. Pour ne pas avoir à les traîner jusqu'aux appartements, les poussettes et vélos sont entreposés sous l'escalier extérieur. Et personne ne les prend ni ne les vole. Étrange? Dans ce cas observez attentivement les fenêtres des rez-de-chaussée: dans toute la ville il n'y en a aucune avec des barreaux! Ce fut pour moi une grosse surprise, mais c'est compréhensible: Anadyr est moins dangereuse que n'importe quelle autre ville de Russie. Ils sont au final ici comme sur une île, on ne peut s'en échapper. Et c'est justement l'une des raisons pour lesquelles les habitants s'opposent à la suppression du statut de zone frontalière.

Anadyr, la ville Lego.

Les entrées des immeubles ne sont pas verrouillées à l'aide de digicodes. L'hiver il arrive que de violentes tempêtes de neige sévissent, rendant alors toute orientation dans l'espace impossible. Se retrouver dans le blizzard est effrayant, et l'on peut aisément succomber au froid, ou simplement s'égarer à tel point que l'on ne vous retrouvera jamais. Du coup, les personnes ayant le malheur d'être dans cette situation se réfugient dans l'immeuble le plus proche et y attendent une accalmie.

La plupart des établissements et des magasins sont situés dans les bâtiments d'habitation. En construire de nouveaux est trop onéreux. Souvent, d'un côté du bâtiment on trouve les entrées des appartements et de l'autre les magasins et bureaux. Il arrive parfois que le magasin soit simplement un appartement de la cage d'escaliers.

Anadyr, la ville Lego.

C'est à Anadyr qu'est située la plus septentrionale des églises construites sans le moindre clou. Elle a été érigée au dessus d'un système réfrigérant, empêchant la fonte de la glace recouvrant le sol, même en été [Ce qui, je suppose, fragiliserait le sol, et donc l'édifice.].

Anadyr, la ville Lego.

Il y a partout de remarquables aires de jeux pour les enfants.

Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.

Le port maritime, l'estuaire et une vue sur le village d'Ougolnye Kopi, sur l'autre rive. C'est justement là-bas qu'est situé l'aéroport. Les limites de la ville à peines franchies, les paysages post-apocalyptiques s'ouvrent à nous – engins et constructions abandonnés. Si j'étais encore passionné de cyberpunk, j'aurais été éperdument heureux de contempler cela.

Anadyr, la ville Lego.

La Tchoukotka toute entière est marquée de paysages semblables à celui-ci. On y trouve énormément de choses abandonnées, hors d'usage.

Anadyr, la ville Lego.

En réalité, la vie ici est difficile, et il faut s'imaginer qu'en Tchoukotka le climat empêche la construction de routes et ne laisse que peu de répit aux villes. Durant les années 90 et 2000, les gens ont commencé à quitter massivement cette région déjà peu peuplée, abandonnant derrière eux villes et villages. [En 1990 la Tchoukotka comptait 162 000 habitants, ils ne sont aujourd'hui plus que 50 000.]

Bâtiments abandonnés quelque part en Tchoukotka.

Bâtiments abandonnés quelque part en Tchoukotka.

Si l'on descend sur les quais, il nous est donné de voir des phoques de Sibérie et des bélugas. Malheureusement, devant moi, les bélugas ne sautaient jamais hors de l'eau, et ne montraient que leur dos et leur queue. Ici, j'ai pour la première fois pensé au fait que ce serait bien d'avoir un téléobjectif. Par la suite, j'y repenserai à de nombreuses reprises. Et lorsqu'un ours fuira en nous voyant, je le regretterai amèrement.

Anadyr, la ville Lego.
Petites embarcations sur les quais.

Petites embarcations sur les quais.

Sur la «plage» de la ville, si tant est qu'on puisse la qualifier de telle, les habitants s'adonnent à la pêche. Ils posent des filets et les vérifient de temps en temps. La pêche est pratiquée par les hommes comme par les femmes. Mais cette année, il y a peu de poissons. On dit qu'ils sont tous tombés dans les filets des chalutiers.

Anadyr, la ville Lego.

Entre les filets, ici et là, les phoques font irruption. Eux aussi prennent part à la pêche.

Anadyr, la ville Lego.

Directement sur le rivage ont été installées de petites tables, sur lesquelles les poissons attrapés sont vidés. Ils sont en période de frai [de reproduction], c'est pourquoi il n'est pas rare d'en voir avec des œufs, ces derniers sont alors soigneusement retirés et mis dans ce petit pot à couvercle jaune. Ici, on peut même venir acheter du poisson frais.

Anadyr, la ville Lego.

Les poissons sont vidés, les arrêtes enlevées, des entailles transversales sont faites dans la chair, qui est envoyée sécher au soleil avant d'être fumée.

Anadyr, la ville Lego.

C'est ainsi que l'on obtient le yukola. [Procédé traditionnel de conservation, consistant à trancher le poisson d'une certaine façon et à sécher les tranches en les suspendant dans l'air glacial sans salaison.]

Anadyr, la ville Lego.

Les jours de repos, toute la ville vient ici pour pique-niquer. Quand il n'y a pas de vent et que le soleil réchauffe l’atmosphère, l'odeur y est épouvantable à cause des déchets de poisson. Mais les gens n'en n'ont que faire, et continuent d'y griller leurs chachlyki [brochettes de viande marinée]. Une fois, j'y suis allé et il faisait plus de 20 degrés. Les gens bronzaient. Quelqu'un s'est même aventuré à se baigner dans l'eau glaciale.

Anadyr, la ville Lego.

Sur la rive, beaucoup ont une petite «datcha» [Sorte de résidence secondaire, que beaucoup de russes ont, souvent dans la campagne proche de la ville où ils habitent.], de formats et calibres différents. On construit tout avec ce que l'on a sous la main. Pour le coup, ici on ne jette rien, les matériaux se vendent à prix d'or. Oui, là-bas on a un rapport bien différent avec les choses.

Anadyr, la ville Lego.
Anadyr, la ville Lego.

Ces photographies, je les ai faites vers midi, et je dois dire que la moitié des gens sur ces clichés étaient ivres. Beaucoup avaient déjà du mal à parler.

Anadyr, la ville Lego.

Dans toute la ville, la vente d'alcool fort est interdite entre 22h et 12h. C'est une mesure visant à préserver la santé des tchouktches. En effet, comme chez tous les peuples du Grand Nord, leur organisme est très vulnérable face à l'alcool [En raison de l'absence d'une enzyme spécifique, ils ne l'assimilent sous aucune forme.]. A cause de cela, l'alcoolisme est à l'heure actuelle l'un des principaux fléaux touchant la population autochtone de la Tchoukotka.

Anadyr, la ville Lego.

Il y a ici une grande quantité de mouettes, appelées localement cormorans. Même si le cormoran n'y est en rien semblable. Elles guettent les restants de poissons.

Anadyr, la ville Lego.

Actuellement les voies de navigation sont ouvertes, alors ça ne va pas trop mal au niveau du ravitaillement en denrées alimentaires. Ceci dit, le prix de la nourriture est un peu plus élevé qu'à Moscou. Ce qui coûte vraiment plus cher, ce sont les fruits et légumes. Le reste est accessible.

Le raisin coûte tout de même 10€ le kilo.

Le raisin coûte tout de même 10€ le kilo.

A Anadyr il existe une usine de production de saucisson et autres spécialités à base de viande de renne. C'est délicieux. Le renne est la viande la moins chère là-bas, on en trouve à partir de 180 roubles le kilo [Un peu moins de 3 euros].

 

Tchouktches en costumes traditionnels.

Tchouktches en costumes traditionnels.

Les tchouktches guettent attentivement l'arrivée des navires chargés de produits. Dans les magasins, il est régulièrement donné d'entendre ce genre de discussions:

- Le bateau est arrivé?

- Oui, ils amènent les produits frais ce soir!

En hiver, la glace recouvre la mer, rendant difficile l'accès à la ville par voie maritime.

En hiver, la glace recouvre la mer, rendant difficile l'accès à la ville par voie maritime.

Si l'on jette un œil sur Anadyr à travers le hublot de l'avion, il peut apparaître à première vue comme une ville miniature, construite à partir de jouets pour enfants ou d'un ensemble de petits cubes multicolores, déposés consciencieusement par la main d'un géant sur le tapis vert de la toundra tchouktche. Les façades des bâtiments y sont peintes dans des tons joyeux et vifs, afin de compenser le manque ressenti par les habitants du Grand Nord face à l'absence de couleurs dans la nature arctique. La ville est en fait telle un oasis, un refuge isolé du reste du monde d'un côté par son estuaire, et de l'autre par l'infinie toundra du nord et ses monts portant le nom des saints Dionissi et Mikhaïl. Et pourtant, malgré toute sa rudesse et son caractère à prime abord peu attrayant, Anadyr possède une beauté, que l'on ne peut saisir qu'avec le temps, en ayant vécu ici. Finalement, c'est à la fin de l'été et au début de l'automne que la ville semblera la plus belle, lorsque le ciel nordique prend des airs de coupole, coiffant de sa teinte azurée l'immensité florissante de la toundra, émaillée de rouge, de vert, de violet, et riche à cette époque d'une impressionnante variété de baies et de champignons polaires, que vous ne rencontrerez en aussi grande quantité nulle part ailleurs en Russie continentale.

Paysage de la Tchoukotka.

Paysage de la Tchoukotka.

En fait, pour qu'un moscovite apprécie Anadyr à sa juste valeur, il lui faudrait s'aventurer dans la toundra sauvage tchouktche, ou passer quelques jours dans le petit village d'Ougolnye Kopi, sur l'autre berge de l'estuaire. Après cela, à ses yeux Anadyr semblera alors être une mégalopole, le centre de la civilisation, et même, le meilleur endroit sur Terre.

Anadyr, la ville Lego.

______________________________________________________

 

C'est tout pour aujourd'hui!

J'espère que que ce récit et ces photographies vous ont plu, vous ont surpris, l'idée selon laquelle les villes russes seraient grises et tristes étant assez répandue.

Pour ma part, je n'ai encore jamais mis les pieds dans l'Extrême-Orient russe, mais rédiger cet article m'a réellement donné envie d'aller explorer ces contrées, qui restent, pour tous, assez mystérieuses.

A la prochaine!

 

PS: J'ai récemment créé une page Tradivostok, sur Facebook, n'hésitez pas à la liker, histoire de ne louper aucun article.

Ça se passe ici!

_________________________________________________________

Paysage de la Tchoukotka.

Paysage de la Tchoukotka.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article